Machines Musicales / Musique Machinale

19 octobre 2016 – 22 janvier 2017

 

Les sculptures de Tinguely ont toujours une dimension acoustique que l’artiste a délibérément pensée et conçue comme une partie intégrante de ses œuvres. Celles-ci produisent ainsi des bruits, des sons et de la musique, qui donne l’impression de relever du hasard. Cet aspect sonore connaît son apogée avec les quatre machines musicales Méta-Harmonie, réalisées entre 1978 et 1985. L’exposition sera l’occasion unique de voir pour ainsi dire converser ces gigantesques et complexes installations / corps sonores qui se trouvent sinon pour certaines à Karuizawa (Japon) Vienne et Bâle. Elles constitueront la scène d’un vaste programme de manifestations et de concerts consacré au thème de la musique mécanique.

>> En savoir plus


Machines Musicales / Musique Machinale

19 octobre 2016 – 22 janvier 2017

 

Les sculptures de Tinguely ont toujours une dimension acoustique que l’artiste a délibérément pensée et conçue comme une partie intégrante de ses œuvres. Celles-ci produisent ainsi des bruits, des sons et de la musique, qui donne l’impression de relever du hasard. Cet aspect sonore connaît son apogée avec les quatre machines musicales Méta-Harmonie, réalisées entre 1978 et 1985. L’exposition sera l’occasion unique de voir pour ainsi dire converser ces gigantesques et complexes installations / corps sonores qui se trouvent sinon pour certaines à Karuizawa (Japon) Vienne et Bâle. Elles constitueront la scène d’un vaste programme de manifestations et de concerts consacré au thème de la musique mécanique.

>> En savoir plus

Stephen Cripps. Performing Machines

27 janvier – 1 mai 2017

 

Le travail de l’artiste britannique Stephen Cripps (1952-1982) est extrêmement innovant et expérimental. Ses œuvres sont le fruit à la fois d’un intérêt pour les machines et sculptures cinétiques et d’une fascination pour le potentiel poétique de l’explosion et de la destruction. Jusqu’à sa mort prématurée, Cripps a créé nombre de machines et installations interactives, et réalisé également des performances pyrotechniques. Les expérimentations sur le son, notamment, occupent une place cruciale dans sa pratique performative et multisensorielle. Les performances de Cripps étaient poussées à l’extrême et seraient aujourd’hui inconcevables, compte tenu de leur caractère potentiellement risqué pour le public et l’environnement. Parmi ses projets, Cripps en a élaboré beaucoup sous forme de dessins et de collages qui donnent ainsi à voir la richesse de l’univers non-conventionnel de l’artiste. Pour la toute première fois, le Musée Tinguely présente l’œuvre de Cripps dans une telle ampleur et permet ainsi de la redécouvrir. L’exposition est réalisée en coopération avec le Henry Moore Institute, Leeds.

>> En savoir plus


Stephen Cripps. Performing Machines

27 janvier – 1 mai 2017

 

Le travail de l’artiste britannique Stephen Cripps (1952-1982) est extrêmement innovant et expérimental. Ses œuvres sont le fruit à la fois d’un intérêt pour les machines et sculptures cinétiques et d’une fascination pour le potentiel poétique de l’explosion et de la destruction. Jusqu’à sa mort prématurée, Cripps a créé nombre de machines et installations interactives, et réalisé également des performances pyrotechniques. Les expérimentations sur le son, notamment, occupent une place cruciale dans sa pratique performative et multisensorielle. Les performances de Cripps étaient poussées à l’extrême et seraient aujourd’hui inconcevables, compte tenu de leur caractère potentiellement risqué pour le public et l’environnement. Parmi ses projets, Cripps en a élaboré beaucoup sous forme de dessins et de collages qui donnent ainsi à voir la richesse de l’univers non-conventionnel de l’artiste. Pour la toute première fois, le Musée Tinguely présente l’œuvre de Cripps dans une telle ampleur et permet ainsi de la redécouvrir. L’exposition est réalisée en coopération avec le Henry Moore Institute, Leeds.

>> En savoir plus

Jérôme Zonder. The Dancing Room

7. juin – 1. novembre 2017

 

Pour inaugurer l’œuvre de Tinguely Mengele-Totentanz dans la nouvelle salle d’expo-
sition, le jeune artiste français Jérôme Zonder réveille les morts-vivants avec une valse d’images arrachées à la vie, fantasques et macabres. Sous forme d’installation gra-
phique, il associe des interprétations de The Walking Dead (Paul McCarthy), des scènes de violence masquées en anodins jeux d’enfants ou des images d’accidents. C’est la première réplique d’une série qui ajoutera d’autres chapitres à la « mort de Bâle ».


Jérôme Zonder. The Dancing Room

7. juin – 1. novembre 2017

 

Pour inaugurer l’œuvre de Tinguely Mengele-Totentanz dans la nouvelle salle d’expo-
sition, le jeune artiste français Jérôme Zonder réveille les morts-vivants avec une valse d’images arrachées à la vie, fantasques et macabres. Sous forme d’installation gra-
phique, il associe des interprétations de The Walking Dead (Paul McCarthy), des scènes de violence masquées en anodins jeux d’enfants ou des images d’accidents. C’est la première réplique d’une série qui ajoutera d’autres chapitres à la « mort de Bâle ».

Wim Delvoye

14 juin 2017 – 1 janvier 2018

 

À l’été 2017, le Musée Tinguely consacrera une grande exposition personnelle à l’artiste belge Wim Delvoye. Outre les œuvres les plus connues comme les Cloaca, ces machines qui simulent la digestion humaine et produisent des excréments visuellement identiques à ceux des humains, on verra aussi, dans leur format d’origine, des travaux comme Chantier (1992, taillée dans du bois) ou l’imposant Cement Truck (2016). Avec force ironie et humour, ce provocateur conceptuel mêle souvent le décoratif à des fonctions quotidiennes, interrogeant ainsi les systèmes de valeurs qui régissent la société de consommation. En association avec le MUDAM, Luxembourg.


Wim Delvoye

14 juin 2017 – 1 janvier 2018

 

À l’été 2017, le Musée Tinguely consacrera une grande exposition personnelle à l’artiste belge Wim Delvoye. Outre les œuvres les plus connues comme les Cloaca, ces machines qui simulent la digestion humaine et produisent des excréments visuellement identiques à ceux des humains, on verra aussi, dans leur format d’origine, des travaux comme Chantier (1992, taillée dans du bois) ou l’imposant Cement Truck (2016). Avec force ironie et humour, ce provocateur conceptuel mêle souvent le décoratif à des fonctions quotidiennes, interrogeant ainsi les systèmes de valeurs qui régissent la société de consommation. En association avec le MUDAM, Luxembourg.