Jean Tinguely (1925 – 1991)

Les machines sculptures aux multiples couleurs entament une conversation bruyante avec le spectateur : à travers ses œuvres, Jean Tinguely communique et interagit avec le spectateur – la machine marche et devient art. Les oeuvres de Tinguely pétillent d’humour, de vitalité, d’ironie et de poésie. Mais analysées dans un contexte plus profond, elles révèlent aussi un sens de la tragi-comédie, de l’énigme et de l’insondable.





Jean Tinguely (1925 – 1991)

Les machines sculptures aux multiples couleurs entament une conversation bruyante avec le spectateur : à travers ses œuvres, Jean Tinguely communique et interagit avec le spectateur – la machine marche et devient art. Les oeuvres de Tinguely pétillent d’humour, de vitalité, d’ironie et de poésie. Mais analysées dans un contexte plus profond, elles révèlent aussi un sens de la tragi-comédie, de l’énigme et de l’insondable.




#1: Jean Tinguely als Pfadfinder, ca. 1935, Fotograf unbekannt. #2: Jean Tinguely, ca. 1942, Fotograf unbekannt #3: Schaufenster von Jean Tinguely, Buchhandlung Tanner, Basel, Mai 1950. #4: Schaufenster von Jean Tinguely, Kost Sport, Basel, Mai 1949. #3 und 4: Fotos Peter Moeschlin

<< | >> 1925 – 1947

1925: Naissance de Jean Tinguely le 22 mai, à Fribourg. La mère et l'enfant déménagent le 15 juillet 1925 de Bulle à Bâle.
1931–1940: Écoles primaires et collège à Bâle.
1941–1944: Apprentissage au métier de décorateur.
1944: Cours à l’École des Arts et Métiers (Allgemeine Gewerbeschule) à Bâle.
Dès 1947: Fréquente le cercle de l'anarchiste bâlois Heiner Koechlin.

#1: Eva Aeppli und Jean Tinguely, ca. 1958, Foto John R. van Rolleghem. #2: Mutter Tinguely mit Eva und Jean im Impasse Ronsin, Paris, ca. 1957 #3-5: Eva Aeppli im Atelier Impasse Ronsin, ca. 1958. #2-5: Fotos Hansjörg Stoecklin

<< | >> 1952 – 1954

Octobre 1952: S’installe en France avec sa femme, Eva Aeppli.
Mai 1954: Inaugure sa première exposition à la Galerie Arnaud à Paris.
Vues de l'exposition, Photos Galerie Denise René

<< | >> Avril 1955

Avec Pol Bury, Soto, Calder, Vasarely, Calder, Duchamp et autres artistes, Tinguely participe à l’exposition «Le Mouvement» à la Galerie Denise René à Paris, où l’art cinétique, pour la première fois, prend le devant de la scène.
#1: Jean Tinguely im Atelier Impasse Ronsin mit Horizontal II, 1954. Foto John R. van Rolleghem. #2: Jean Tinguely und Eva Aeppli, Paris, ca. 1960. Foto Robert Doisneau. #3: Eva und Jean im Atelier Impasse Ronsin, Paris, ca. 1956. Foto Hansörg Stoecklin. #4: Jean Tinguely im Impasse Ronsin, ca. 1958. Foto John R. van Rolleghem

<< | >> 1955

Au début de l'année, occupe un atelier à l'impasse Ronsin ; ses voisins sont le sculpteur Constantin Brancusi et autres artistes. Présente son «Relief Méta-mécanique sonore» dans une exposition à la Galerie Samlaren de Stockholm.
#1-2: Yves Klein und Jean Tinguely, Atelier Impasse Ronsin, 1958. Fotos Martha Rocher. #3-4: Niki de Saint Phalle und Jean Tinguely, Atelier Impasse Ronsin, ca. 1962. Fotos Vera Mercer

<< | >> 1955 – 1956

Rencontre Niki de Saint Phalle et Yves Klein.

#1: Jean Tinguely und Yves Klein, 1959. Foto Hans Haacke. #2: JEAN TINGUELY, Excavatrice de l'espace, 1958. Foto Martha Rocher. #3: Jean Tinguely, Yves Klein, Iris Clert, Werner Ruhnau, Bro, Jesús Rafael Soto in der Galerie Iris Clert, 1958. Fotograf unbekannt. #4: Ausstellung Vitesse pure et stabilité monochrome, Galerie Iris Clert, 1958. Foto Robert David

<< | >> 1958

Expose en juillet «Mes étoiles – Concert pour sept peintures» à la Galerie Iris Clert. En novembre, dans la même galerie, présente avec Yves Klein l'installation «Vitesse pure et stabilité monochrome».

#1-2: Jean Tinguely beim Abwurf des Manifests, 1959. Fotos Charles Wilp. #3: Manifest für Statik

<< | >> Mars 1959

Largue des copies de son manifeste «Für Statik» (Pour la statique) d'un avion au-dessus de Düsseldorf.

In der Ausstellung «Méta-Matics de Jean Tinguely»: #1: Jean Tinguely mit Iris Clert. Fotograf unbekannt. #2: Jean Tinguely mit Marcel Duchamp. Fotograf unbekannt #3: Hans Arp. Foto Hansjörg Stoecklin

<< | >> Juillet 1959

Exposition «Méta-Matics de Jean Tinguely» à la Galerie Iris Clert à Paris.

#1: «Cyclo-Matic-Evening» im ICA. Foto John Cox. #2: Vorbereitungen. Foto Richard Hamilton. #3: Mit Eva Aeppli, Foto Hansjörg Stoecklin. #4: «Cyclo-Matic-Evening» im ICA. Foto Richard Hamilton

<< | >> Novembre 1959

Soirée «Cyclo-Matic» au ICA (Institute of Contemporary Arts) à Londres, durant laquelle a lieu un happening mettant en jeu des coureurs cyclistes et des machines à dessiner.
Homage to New York, 1960. Fotos David Ghar

<< | >> Mars 1960

«Homage to New York» est un happening avec une machine sculpture qui s’auto-détruit dans le jardin
du Museum of Modern Art à New York.
Le Transport, 1960. Fotos Christer Christian

<< | >> 1960

En mai, Tinguely organise une procession de ses oeuvres dans les rues du quartier Montparnasse de son atelier à la galerie
des Quatre Saisons.
En octobre fondation du groupe des «Nouveaux Réalistes» à Paris, avec Arman, François Dufrêne, Raymond Hains, Yves Klein, Pierre Restany, Villeglé, Martial Raysse et Daniel Spoerri.
Etude pour une fin du monde, 1961. Fotos Jorn Freddie

<< | >> Septembre 1961

«Étude pour une fin du monde No. 1» au Louisiana Museum, Humlebæk, Danemark – happening avec pétards et autres feux d’artifice.
Study for an End of the World, 1962: #1: Jean Tinguely und Niki de Saint Phalle am Kommandopult. #2: Die Installation vor der Aktion. #3-4: Die Aktion. Fotos LIFE Coliene Murphy

<< | >> Mars 1962

«Study for an End of the World No. 2», un autre groupe de sculptures qui s’auto détruisent devant spectateurs dans le désert près de Las Vegas, Nevada, USA.
Tinguely an der Arbeit an Heureka. Fotos Monique Jacot

<< | >> Hiver 1963 – 1964

Création de la sculpture géante «Eurêka» pour l'Expo 64 à Lausanne.
#1: Hon im Bau. Foto Magnus Wibom. #2: Ausstellung Hon. #3: Niki de Saint Phalle und Jean Tinguely vor Hon. #2-3: Fotos Hans Hammarskiöld

<< | >> Printemps 1966

Présentation de «Hon» au Moderna Museet à Stockholm, en collaboration avec Niki de Saint Phalle et Per Olof Ultvedt.
#1: Le Paradis fantastique. Fotos Harry Shunk. #2: Bauplatz des Paradis fantastique. Foto Leonardo Bezzola. #3: Le Paradis fantastique. Fotos Harry Shunk. #4: JEAN TINGUELY, Plakat für das Paradis fantastique in Stockholm, 1970

<< | >> 1967

Il est représenté par deux œuvres à l'Exposition universelle 67 de Montréal: au pavillon suisse par «Requiem pour une feuille morte», et au pavillon français, par «Le Paradis fantastique», en collaboration avec Niki de Saint Phalle.
«Hannibal II», une grande sculpture char est acquise par l'Office de tourisme de Bâle.
#1 und 3: Tinguely im Atelier in Neyruz 1978. #2: Atelier Neyruz 1972. Fotos Leonardo Bezzola

<< | >> Noël 1968

Achat d’une ancienne auberge à Neyruz, canton de Fribourg, où il élit domicile.
#1: Cyclop, Bauplatz, 1970. Foto Ad Petersen. #2: Platzierung des Eisenbahnwagons für Eva Aepplis Arbeit, 1971. Foto Leonardo Bezzola. #3: JEAN TINGUELY, Entwurfszeichnung für Cyclop, 1970, Museum Tinguely, Basel. #4: Niki de Saint Palle, Bernhard Luginbühl, Seppi Imhof, Jean Tinguely auf dem Bauplatz, 1971. #5: Bernhard Luginbühl auf dem Bauplatz, 1971. #4-5: Fotos Leonardo Bezzola

<< | >> 1970

Début des travaux de construction du «Cyclop» à Milly-la-Forêt, sculpture-musée monumentale, créée en collaboration avec Bernhard Luginbühl, Larry Rivers, Niki de Saint Phalle, Daniel Spoerri et autres artistes. Les travaux sont exécutés avec l'aide des assistants de Tinguely, Josef Imhof et Rico Weber.
La Vittoria, 1970. Fotos Ad Petersen

<< | >> Novembre 1970

«La Vittoria» : Tinguely brûle un phallus géant doré devant la cathédrale de Milan à l'occasion du festival célébrant le 10ème anniversaire des «Nouveaux Réalistes».
#1-3: Die grosse Spirale im Atelier in Neyruz. Fotos Leonardo Bezzola. #4: Die grosse Spirale im Hof des Instituts für Immunologie, Basel. Fotograf unbekannt

<< | >> 1971 – 1973

Construction de la «Grosse Spirale» ou «Doppel-Helix» dans la cour de l'institut d'immunologie de F. Hoffmann-La Roche SA.
#1: JEAN TINGUELY, Chaos 1, 1974, Lithographie, Museum Tinguely, Basel. #2: Jean Tinguely auf Chaos No 1 in Columbus, 1974, Foto Leonardo Bezzola. #3: JEAN TINGUELY, Chaos I, 1972, Radierung, Museum Tinguely, Basel

<< | >> 1973 – 1975

Tinguely construit la sculpture monumentale «Chaos No.1» dans le Civic Mall à Columbus, Indiana, USA.
#1: JEAN TNGUELY, Plakat zu «Débricollages». #2: JEAN TINGUELY, Miostar, 1976, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle. #3: JEAN TINGUELY, Bosch II, 1976, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle. #2-3: Fotos Christian Baur

<< | >> Novembre 1976

Exposition «Débriscollages» à la Galerie Bischofberger de Zurich, lors de laquelle le visiteur est invité à créer sa propre œuvre d'art.
#1: Tinguely vor Crocrodrome-Zeichnung, 1977. Foto Leonardo Bezzola. #2: JEAN TINGUELY und BERNHARD LUGINBÜHL, Crocrodrome Modell, 1977, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle. Foto Christian Baur

<< | >> Mai 1977

«Le Crocrodrome de Zig & Puce» est présenté au Centre Georges Pompidou, à Paris. Il s'agit d'une installation de Jean Tinguely, Bernhard Luginbühl et Niki de Saint Phalle, à l’intérieur de laquelle Daniel Spoerri érige un «Musée sentimental».
#1: JEAN TINGUELY, Brunnentüchlein, 1977, Museum Tinguely, Basel. #2-4: Einweihung des Brunnens mit Kamel, 1977. Fotos Leonardo Bezzola

<< | >> Juin 1977

Inauguration du «Fasnachtsbrunnen» (Fontaine du Carnaval) à Bâle.
Katalog der Hammerausstellung - Doppelseiten Jean Tinguely, Daniel Spoerri, Sigmar Polke, Basel 1978

<< | >> Septembre 1978

«Méta-Harmonie I» est créée à l'occasion de l’exposition Hammer à Bâle.
#1: Klamauk am Jo Siffert Mémorial - Bergrennen St.Ursanne-Les Rangiers, 1981. Foto Leonardo Bezzola. #2: JEAN TINGUELY, Klamauk, Zinkographie, o.D., Privatsammlung

<< | >> Mai 1979

À l'occasion de l'exposition «Tinguely – Luginbühl» au Städel à Francfort, sont présentées pour la première fois dans une exposition d’envergure «Klamauk», une sculpture sonore montée sur un tracteur, et «Méta-Harmonie II».
JEAN TINGUELY, Plakat der Ausstellung in Sénanque, 1981. Ausschnitt

<< | >> Juillet 1981

Exposition dans l'abbaye de Sénanque, où Tinguely présente pour la première fois des sculptures faites de crânes.
#1-2: JEAN TINGUELY, Plakate Tate und Zürich, Museum Tinguely, Basel. #3: Jean Tinguely malt das Aussenplakat im Kunsthaus Zürich, 1982. Foto Leonardo Bezzola

<< | >> 1982 – 1983

Rétrospectives à Zurich (Kunsthaus), Londres (Tate Gallery), Bruxelles (Palais des Beaux-Arts) et Genève (Musée d'Art et d'Histoire).
Le retable «Cenodoxus» est une des œuvres clé de l'exposition à Zurich et à Genève.
#1-4: Fontaine Igor Stravinsky, Paris, ca. 1983. Fotograf unbekannt

<< | >> Mars 1983

Inauguration de la «Fontaine Igor Stravinsky» à Paris, œuvre réalisée en collaboration avec Niki de Saint Phalle.
#1: JEAN TINGUELY, Pit-Stop, 1984, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle. Foto Christian Baur. #2-4: JEAN TINGUELY, Entwurfszeichnungen zu Pit-Stop, 1984, Privatsammlung

<< | >> Février – avril 1984

Construction à Rungis, près de Paris et sur mandat de la Régie Renault, de «Pit-Stop», une sculpture composée de pièces
de voitures de Formule 1.
#1: Jo Siffert auf Lotus-Ford 49, Training in Monza, 1968. Foto Leonardo Bezzola. #2: JEAN TINGUELY, Fontaine Jo Siffert, 1983-84, Museum Tinguely, Basel. #3: Seppi Imhof und Jean Tinguely in Niederwangen mit Fotografie von Jo Siffert, 1981. Foto Leonardo Bezzola. #4: JEAN TINGUELY, Fontaine Jo Siffert, 1983-84, Museum Tinguely, Basel

<< | >> Juin 1984

Inauguration de la «Fontaine Jo Siffert», cadeau de Jean Tinguely à la Ville de Fribourg.
«Méta-Harmonie III – Pandémonium» est créée pour le Musée Seibu au Japon.
#1: JEAN TINGUELY, Méta-Harmonie IV Fatamorgana, 1985, im Museum Tinguely. Foto Cira Moro. #2-3: Arbeit an der Fatamorgana in der Fabrikhalle in Olten, 1985. Foto Leonardo Bezzola

<< | >> 1985

Construction de «Méta-Harmonie IV – Fatamorgana» dans une usine désaffectée de Von Roll SA à Olten pour une exposition à la Kunsthalle de la Hypo-Kulturstiftung à Munich.
#1: JEAN TINGUELY, Mengele Totentanz, 1986, Museum Tinguely Basel. Installation 1987 in der Kirche San Samuele, Venedig. Foto Leonardo Bezzola. #2-3: JEAN TINGUELY, Mengele Totentanz, 1986, Installation 2004 im Museum Tinguely, Basel. Fotos Christian Baur

<< | >> Automne 1986

Création de «Mengele-Totentanz», un ensemble sculptural composé de poutres et de machines agricoles calcinées, ainsi que d'appareils ménagers et de crânes d'animaux récupérés de l’incendie d'une ferme à Neyruz.
#1: JEAN TINGUELY, Utopia, 1987, Privatsammlung. #2: JEAN TINGUELY, Die Grosse Méta Maxi-Maxi Utopia, 1987, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle. #3: Jean Tinguely und Pontus Hulten in Venedig, 1987. Foto Leonardo Bezzola

<< | >> 1987

Construction dans une usine Von Roll SA à Klus, de la «Grosse Méta Maxi-Maxi Utopia» dans laquelle on peut pénétrer. Elle sera présentée dans une rétrospective à Venise (Palazzo Grassi). Par la suite, l'exposition est présentée à Turin (Promotrice delle Belle Arti) et à Paris (Musée national d'art moderne au Centre Georges Pompidou). A Paris, Tinguely présente pour la première fois «Dernière Collaboration avec Yves Klein» et le groupe de sculptures «Les Philosophes».
#1-2: JEAN TINGUELY und NIKI DE SAINT PHALLE, Le Grand Oiseau Amoureux, 1988, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle, Installation in der Verrerie, 1988. #3: JEAN TINGUELY, Le Safari de la Mort Moscovite, 1989, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle, vor der Verrerie, 1991. Fotos Leonardo Bezzola

<< | >> Janvier 1988

Achat de l'ancienne fabrique de bouteilles La Verrerie dans le canton de Fribourg où il installe un  atelier.
#1: Niki de Saint Phalle und Jean Tinguely mit: NIKI DE SAINT PHALLE und JEAN TINGUELY, Le Dragon, 1988, Sprengel Museum, Hannover, Schenkung Niki de Saint Phalle. Foto Leonardo Bezzola. #2: NIKI DE SAINT PHALLE und JEAN TINGUELY, Maquette de la fontaine de Château-Chinon, 1988, Fonds national d'art contemporain, Ministère de la culture et de la communication, Paris. Foto Jean-Michel Phéline. #3-5: Niki de Saint Phalle und Jean Tinguely in Château-Chinon, 1988. Fotos Laurent Condominas

<< | >> Mars 1988

Inauguration de la «Fontaine de Château-Chinon», une œuvre en collaboration avec Niki de Saint Phalle, commande du Président de la République Française, François Mitterrand.
#1: Jean Tinguely mit: JEAN TINGUELY, Le retable des petits bêtes, 1989, Musée d'art et d'histoire, Fribourg. Foto Eliane Laubscher. #2: Jean Tinguely 1991 im Musée d'art et d'histoire, Fribourg, mit JEAN TINGUELY, Méta-Maxi, 1986. Foto F. Emmenegger

<< | >> 1990

Une exposition Tinguely a lieu à la Maison Centrale des Artistes à Moscou. Une version élargie de cette exposition est présentée au Musée d'Art et d'Histoire à Fribourg en 1991. Dans les deux, Tinguely présente son «Retable de l'abondance occidentale et du mercantilisme totalitaire».

#1: Eröffnung des Kulturgüterzuges, 1991. Foto Kurt Wyss. #2: Jean Tingely entwirft den Luminator, 1991. Fotograf unbekannt. #3: JEAN TINGUELY, Luminator, 1991, in der Messehalle. Foto Christian Baur. #4: Jean Tinguely, 1991. Foto Leonardo Bezzola

<< | >> Juin 1991

«Kulturgüterzug» est présenté par Klaus Litmann dans le cadre d'ART Bâle, une installation de Tinguely en collaboration avec Eva Aeppli, Bernhard et Iwan Luginbühl, Jim Whiting, Milena Palakarkina, Daniel Spoerri et Ben Vautier.
Pour le vernissage, il crée la grande sculpture lampe «Luminator» dans une halle vide de la Foire.

#1: JEAN TINGUELY, Plakat zur Ausstellung in Wien, 1991. Ausschnitt #2: JEAN TINGUELY, La fontaine de la mort, 1991, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle. Ausschnitt. Foto Christian Baur

<< | >> Été 1991

«Nachtschattengewächse» la dernière exposition personnellement installée par Jean Tinguely a lieu au Kunsthaus de Vienne.
#1: JEAN TINGUELY, Hippopotamus, 1991, Museum Tinguely, Basel, Donation Niki de Saint Phalle. Foto Christian Baur. #2: Jean Tinguely in Knokke, 1986. Foto Eric Préau. #3: Jean Tinguely, 1988. Foto Leonardo Bezzola

<< | >> 1991

Le 30 août 1991, Jean Tinguely décède à l’Inselspital de Berne.