L'architecture

 

Avec ce musée érigé au bord du Rhin, l’architecte Mario Botta a créé un espace inhabituel pour les œuvres de Tinguely. L’immense salle centrale peut accueillir à elle seule jusqu’à vingt sculptures mécaniques. Et la visite terminée, le parc historique de la Solitude et ses arbres séculaires, la promenade le long du Rhin et le bistrot «Chez Jeannot» invitent à la détente, à la flânerie et au bien-être.

« Situé sur la rive droite du fleuve où le tracé du Rhin constitue la limite d’un large district de la ville, le musée établit un nouvel ordre à l’intérieur d’une configuration urbaine plutôt douteuse en bordure d’autoroute. Ses quatre façades établissent chacune son propre rapport d’espace à l’environnement ambiant. »
Mario Botta

>> Données et chiffres


L'extérieure de l'architecture

 

La face sud, donnant sur le fleuve, présente un élément architectonique particulier : une passerelle allongée suspendue qui se détache du corps principal pour constituer une sorte de promenade de regard sur le fleuve. Les visiteurs sont ainsi invités naturellement à diriger leurs yeux vers le Rhin.
A l’est, en bordure d'autoroute, l'édifice présente sa façade la plus élevée avec trois étages d’exposition au-dessus du niveau du sol, offrant par là une barrière sonore vers les espaces verts.
Au nord, la façade est parallèle à la Grenzacherstrasse. Un portique couvert entre la rue et le musée donne accès à la fois au musée
et au parc.
Le musée se compose de cinq sections dont trois s’ouvrent sur le parc par le biais d’un large porche.
A l'intérieur, au rez-de-chaussée, la halle peut être subdivisée par des parois qui, une fois surélevées, s’encastrent dans le plafond.
Le système de soutien statique à ce niveau est adapté à un réservoir préexistant, constitué de cinq étages en souterrain, pour le traitement des eaux du Rhin.


L'intérieure de l'architecture

 

Par ladite passerelle sur le Rhin, on accède au premier étage à 2,90 m au-dessus du sol qui forme une galerie ouverte tant sur le rez-de-chaussée que sur les salles d’exposition. Au bout de cette galerie le visiteur atteint le prochain niveau à 7,85 m du sol constitué d’une série de salles ‘classiques’ avec éclairage naturel zénithal. L’itinéraire descend ensuite au niveau situé à 3 m en sous-sol où sont exposées des œuvres ne nécessitant pas la lumière du jour.
Le visiteur termine son tour au rez-de-chaussée avec ses sculptures monumentales. Celles-ci occupent le plus large espace du musée
(30 x 60 m) sub-divisible en cinq sections (voir plus haut) et ouvert sur le parc.
(Source: Musée Jean Tinguely Bâle, Die Sammlung, Berne, Benteli 1996, p. 276 ss.)


Mario Botta (*1943)

 

L'œuvre de l'architecte Mario Botta est connue de l'Europe, en passant par les États-Unis, jusqu'en Extrême-Orient.
Déjà ses premiers bâtiments, comme la Bibliothèque du Couvent des Capucins à Lugano (1976–1979) ou le bâtiment administratif de la Banque cantonale de Fribourg (1977–1981) avaient rencontré un très large écho.
Les constructions de Botta tiennent compte des conditions topographiques et des facteurs et des matériaux régionaux. Ses projets sont marqués par le respect de l’artisanat et obéissent souvent à un principe de base géométrique.
L'architecte tessinois acquit une renommée internationale grâce à ses bâtiments aux lignes classiques des années 1980, tels l’édifice central rond de la cathédrale d'Evry en France (1988–1995) ou le cube dominé par une cage d'escalier ronde au centre du Museum of Modern Art de San Francisco aux USA (1988–1995).
Depuis 1970, Mario Botta exerce aussi une intense activité d'enseignant et de chercheur ; il tient de nombreux séminaires, conférences et cours d'architecture dans plusieurs écoles d'architecture. Dans le cadre de la fondation de l'Université du Tessin, il élabore le programme de la nouvelle académie d'architecture à Mendrisio, au Tessin, où il enseigne depuis l'ouverture en 1996 en qualité de professeur.
>> www.botta.ch