Nous utilisons des cookies (fournis par des services tiers) afin de collecter et d'analyser les données. Veuillez trouvez ici notre politique de confidentialité.

 

Cyprien Gaillard
Roots Canal

16 février – 5 mai 2019

 

Que ce soit avec ses films, photographies ou sculptures, Cyprien Gaillard (né en 1980, Paris) décrit l’imminence d’une transformation et évoque la perpétuelle destruction, préservation ou reconstruction des villes. Il filme des ruines archéologiques envahies par la nature, des oiseaux exotiques qui survolent une ville européenne en mutation ou décrit la lente érosion des utopies modernistes, en enregistrant notamment l’anéantissement de grands ensembles architecturaux. Son travail est fait de télescopages de différentes réalités et temporalités dont émerge finalement un ensemble harmonieux d’une singulière beauté.

 

>> En savoir plus

Lois Weinberger, Sans titre, 2014 momie de chat, XVIIIe siècle, photographie 60x90 cm © Courtesy by the artist, Photo: Paris Tsitsos

Lois Weinberger, Sans titre, 2014 momie de chat, XVIIIe siècle, photographie 60x90 cm © Courtesy by the artist, Photo: Paris Tsitsos

Lois Weinberger - Debris Field

17 avril – 1 september 2019

 

Lois Weinberger associent l’art, la société et la nature. Lors de la documenta X en 1997, il implante des néophytes envahissantes sur une voie ferrée abandonnée en guise de métaphore des processus migratoires de notre époque. Debris Field est un travail de recherche archéo-poétique. Il présente d’importants et d’insignifiants vestiges de la ferme de ses parents rattachée à l’abbaye Stift Stam (Tyrol) dont l’histoire remonte à sept siècles. Parmi ceux-ci, une momie de chat dotée d’un pouvoir apotropaïque (conjuratoire) ou les chaussures orphelines de défunts conservées sous le plancher.

 

>> En savoir plus

Rebecca Horn, white body fan, 1972, Filmstill, © 2019: Rebecca Horn/ProLitteris, Zürich

Rebecca Horn, white body fan, 1972, Filmstill, © 2019: Rebecca Horn/ProLitteris, Zürich

Rebecca Horn. Fantasmagories corporelles

5 juin – 22 septembre 2019
 

Le Musée Tinguely et le Centre Pompidou-Metz font résonner de façon concomitante, à partir de juin 2019, deux expositions consacrées à Rebecca Horn. Elles offrent des perspectives complémentaires sur l’œuvre d’une des artistes les plus singulières de sa génération, dont certains pans de création restent encore méconnus. Théâtre des métamorphoses à Metz explore les processus de métamorphose, tour à tour animiste, surréaliste et machiniste et le rôle de matrice qu’a pu avoir sa pratique cinématographique, véritable mise en scène de ses sculptures. Fantasmagories corporelles à Bâle, en combinant des œuvres performatives de jeunesse et des sculptures cinétiques plus récentes, la présentation souligne les axes de développement internes à l’œuvre et met l’accent sur les processus d’altération corporelle et de transformation des machines.

>> En savoir plus​​​​​​​

Tadeusz Kantor: Où sont les neiges d’antan

9 octobre 2019 – 5 janvier 2020

 

Len Lye, Rainbow Dance, 1936, 5’, 35 mm, Videostill, © Courtesy of the Len Lye Foundation and the British Postal

Len Lye, Rainbow Dance, 1936, 5’, 35 mm, Videostill, © Courtesy of the Len Lye Foundation and the British Postal

 

Len Lye - motion composer

23 octobre 2019 – 26 janvier 2020

 

Originaire de Christchurch (Nouvelle-Zélande), Len Lye (1901–1980) est l’un des cinéastes expérimentaux majeurs des années 1930 à 1950. Il a créé une œuvre fascinante – d’abord en Nouvelle-Zélande et en Australie, puis à Londres dès 1926 et à New York à partir de 1944 – englobant toutes les disciplines artistiques, y compris ses sculptures cinétiques, qui reste encore en grande partie à découvrir. L’exposition présente toute l’étendue de son œuvre, en mettant en évidence les liens existants entre les différents médias utilisés.