Pedro Reyes. Return to Sender

(Danse Macabre IV)
24 juin – 15 novembre 2020

Pedro Reyes (*1972, Mexico) fait usage du médium sculptural dans des projets à dimension souvent sociale en intégrant des processus participatifs qui ciblent à la fois l’action collective et individuelle. Dès ses premières pièces, il travaille déjà à partir d’armes et aborde les problèmes systémiques de l’industrie de l’armement dans une perspective pacifique. Avec sa nouvelle œuvre réalisée pour le Musée Tinguely, il transforme des éléments d’armes à feu en boîtes à musique qui jouent des morceaux originaires de leurs pays de fabrication. Celle-ci est présentée aux côtés de Disarm (2012 - aujourd’hui). Toutes deux dialoguent avec Mengele-Danse macabre de Jean Tinguely exécutée en 1986.

 

>> En savoir plus

#pedroreyes #returntosender
#dansemacabre #musikmaschine #tinguely #danseofdeath #disarm #totentanz

 

Vue d'installation Candidate untitled (Can not see the shadow of rainbow), 2015, fabric, wood, video, dimensions variable, Photo: Keizo Kioku © Taro Izumi, courtesy of Take Ninagawa, Tokyo

Vue d'installation Candidate untitled (Can not see the shadow of rainbow), 2015, fabric, wood, video, dimensions variable,
Photo: Keizo Kioku © Taro Izumi, courtesy of Take Ninagawa, Tokyo

Taro Izumi. ex

2 septembre – 15 novembre 2020

L’artiste japonais Taro Izumi (*1976, Nara) regarde le monde avec malice. Il en conçoit des œuvres multiformes et inclassables qui embarquent les visiteurs pour un voyage aux confins du réel. Pour sa première exposition personnelle d’envergure en Suisse, Izumi compose un parcours vivant semé d’images insolites et irrigué de son esprit facétieux et absurde. Des robots aspirateurs se déplacent dans l'air comme des insectes ; des lumières clignotent continuellement sur les écrans et des sons sont émis ; un théâtre sans spectateurs attend les visiteurs.

 

>> En savoir plus

 

#taroizumi

 

Katja Aufleger, LOVE AFFAIR, 2017, (Filmstill), video, couleur, glaise, 22 min. © Courtesy of the artist, STAMPA Galerie, Basel; Galerie Conradi, Hamburg

Katja Aufleger, LOVE AFFAIR, 2017, (Filmstill), video, couleur, glaise, 22 min. © Courtesy of the artist, STAMPA Galerie, Basel; Galerie Conradi, Hamburg

Katja Aufleger. GONE

2 décembre 2020 – 28 février 2021

L’artiste multimédia Katja Aufleger (née en 1983 à Oldenburg, vit à Berlin) cherche à travers ses œuvres à soulever des questions existentielles. De manière sculpturale et cinématographique, visuelle et auditive, elle engage une simultanéité des possibles. L’esthétique séduisante de son travail prend parfois de manière inattendue un aspect menaçant. Ce genre d’associations surgit ainsi lorsque Aufleger place dans l’espace d’exposition une construction pendulaire en verre qui incite le public à la mettre en mouvement. Hormis la fragilité évidente des flacons en verre, ceux-ci renferment également de la nitroglycérine qui rend donc l’installation explosive. Avec ces ambivalences, l’artiste exerce une critique des institutions, elle remet en question les systèmes et structures du pouvoir. Dans l’univers de Katja Aufleger, c’est au deuxième coup d’œil seulement que l’on prend conscience de la fugacité de l’instant et de sa complexité.

#katjaaufleger #followher #bang!

Jean Tinguely et Claude Lalanne, Impasse Ronsin, vers 1960, photo: Hansjörg Stoecklin

Jean Tinguely et Claude Lalanne, Impasse Ronsin, vers 1960, photo: Hansjörg Stoecklin

Impasse Ronsin. Meurtre, Amour et Art au cœur de Paris

16 décembre 2020 – 5 avril 2021

Durant près d’un siècle, de 1874 à 1970, l’impasse Ronsin a abrité un ensemble d’ateliers où des artistes d’origines les plus diverses travaillaient selon des approches artistiques tout aussi variées. Cette étrange ruelle cachée dans le quartier Montparnasse servait d’atelier et de résidence à environ 220 artistes, du sculpteur académique Alfred Boucher à l’artiste performeuse argentine Marta Minujín. Parmi les plus connus figuraient Eva Aeppli, William Copley, André Del Debbio, Max Ernst, Jasper Johns, Claude et François-Xavier Lalanne, James Metcalf, Isamu Noguchi, Larry Rivers, Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely. Si Constantin Brâncuși en fut le plus célèbre résident – il y travailla de 1916 jusqu’à sa mort –, Madame Steinheil, maîtresse et meurtrière présumée du président français, en fut la plus tristement célèbre. Son mari connut aussi une fin cruelle et c’est ainsi que l’Impasse Ronsin devint également l’une des plus illustres scènes de crime du début du XXe siècle.

#impasseronsin #montparnasse #tinguely #paris

 

 

Territories of Waste

Le retour du rejeté

5 mai – 29 août 2021

Toute l’écosphère, les océans, l’air, nos aliments, le sol et jusqu’à l’Antarctique contiennent des restes, particules et produits chimiques provenant de notre univers de marchandises et de consommation. L’extraction des matières premières laisse derrière elle des paysages dévastés et des déchets toxiques. Le Waste est partout. L’exposition collective au Musée Tinguely rassemble des œuvres d’art consacrées précisément à ces questions. Des réalisations d’artistes contemporains, qui s’inscrivent dans une perspective actuelle, globale, géopolitique et écologique, dialoguent avec des œuvres de la seconde moitié du XXe siècle illustrant le passage, amorcé dans les années 1960, vers une société du tout-jetable et une destruction croissante de l’environnement.