@G

@G est un format de présentation pour des œuvres d’artistes sélectionnées par le Musée Tinguely.

@G: Roth Bar
au Musée Tinguely (Bâle, 2019)

par Dieter Roth/Björn Roth/Oddur Roth/Einar Roth/Bjarni Grimsson

 

Jusqu’en décembre 2019 le Musée Tinguely vous invite à prendre place au Roth Bar

Conçus par Dieter Roth et son fils Björn au début des années 1980, les Bars sont des installations dynamiques et évolutives qui représentent une constante dans la pratique intergénérationnelle des Roth.

Composé de matériaux de récupération, le bar constitue un motif central dans l’œuvre de Dieter Roth. Depuis 2005, le Roth Bar a été présenté et exploité dans divers foires et salons,  la dernière fois à Zurich en 2015 et puis à l’hôtel Les Trois Rois (Bâle).

Au Musée Tinguely, le bar est ouvert pendant à tous les publics pendant la durée des travaux de renovation du bistro  «Chez Jeannot». Par ailleurs, profitez de l'occasion de réserver une soirée en exclusivité.

Courtesy Dieter Roth Estate and Hauser & Wirth.

Réservez une soirée en exclusivité au Roth Bar!

Réservez une soirée en exclusivité au Roth Bar

Boissons, nourriture et, sur demande, visite à travers le musée et l’exposition,
pour des groupes de 20 à 40 personnes.
Contact : T. +41 61 681 93 20 ou infos@tinguely.notexisting@nodomain.comch

Le Roth Bar est géré par l'équipe du Bistro | Restaurant «Chez Jeannot»

>>

On dit traditionnellement que le sens du goût est déclenché par le contact physique direct et la stimulation sensorielle. Expérimenté directement par la bouche et la langue, il nous donne littéralement un goût de la sensualité du monde que nous habitons. De nombreuses questions relatives à l’anatomie du goût et à son fonctionnement restent sans réponse jusqu’à aujourd’hui, en ce début de XXI e siècle. Nous savons en effet peu de choses sur
les propriétés spécifiques des substances chimiques qui définissent les codes de nos différentes sensations gustatives. Une chose est sûre, notre sens du goût est un canal sensoriel très développé. Ces dernières années, les scientifiques ont pu prouver qu’en plus des cinq goûts de base – sucré, salé, aigre, amer et umami –, nous possédons également des récepteurs qui réagissent aux graisses mais aussi à l’eau.
La palette des arômes dont nous avons le goût est immense, mais nos possibilités de les formuler, de les mettre en mots sont très limitées.
Les expériences gustatives évoquent subjectivement et culturellement des souvenirs, émotions et associations très diverses, qui varient en outre avec les changements historiques. Un certain arôme peut plaire ou dégoûter et évoquer des images de répugnance et de decomposition. Le sens du goût ne relève pas que de l’expérience culinaire.

«Amuse-bouche
Le goût de l’art »

3ème exposition de la série sur les perceptions sensorielles dans l'art

 

Notre exposition Amuse-bouche – Le goût de l’art, prévue du 19 février au 17 mai 2020, explorera le sens du goût, à la fois dans le cadre de notre appréhension synesthétique du monde et comme espace de perception esthétique. Elle mettra à l’honneur le sens du goût et son côté fascinant, qui est à la fois partie de notre appréhension synesthétique du monde et possibilité de perception esthétique, et elle bousculera la pratique muséale
habituelle qui sollicite avant tout la vue des visiteurs.

 

>>Le programme

@G: Nevin Aladağ
Traces, 2015

13 juin - 17 septembre 2017

Installation vidéo HD trois canaux, couleur, son, 6 min 3 sec

L’installation vidéo Traces de Nevin Aladağ a vu le jour en 2015 à Stuttgart, la ville où a grandi l’artiste. Celle-ci utilise le même type d’instruments de musique que les musiciens (de rue) locaux, afin de faire résonner l’espace urbain – squares, buts de balades, principaux lieux de rencontres et de commerce. Toutefois, son orchestre ne se compose pas d’individus, mais de mobilier urbain, des textures et structures de la ville qui commandent le mouvement et l’interaction de façon aléatoire pour créer de la musique et des sons. Ce que l’architecture urbaine a de figé dialogue avec ce qui est éphémère et fluide, mais aussi avec ce que le son et la musique ont de liant – corps absent et pourtant présent donnant une composition visuelle et musicale minutieusement chorégraphiée.

Aladağ (née en 1972) a passé son enfance et sa jeunesse à Stuttgart. En 2000, elle achève ses études de sculpture aux Beaux-Arts de Munich. Elle vit et travaille aujourd’hui à Berlin. Son intérêt porte sur les identités culturelles et formes d’expression en rapport avec l’espace urbain, social et politique, mais aussi, plus particulièrement, sur la danse et la musique, qu’elle associe en des œuvres ouvertes puisant dans des médias variés et offrant des lectures multiples.